Vivre loin de sa famille et des petits derniers, c’est compliqué

A 26 ans (presque 27 ans, snif déjà), il est normal de vivre loin de sa famille, surtout lorsqu’on est étudiant et qu’on n’a pas une Université qui nous correspond dans la ville où habite nos parents. Cela devient presque normal, je pense que plusieurs d’entre vous sont dans ce cas-là.

Vivre loin dans sa famille, c’est assez difficile comme ça mais dans mon cas, il existe trois pas si petites « complexités » en plus : deux sœurs et un frère : une sœur adolescente, une sœur de 9 ans et un petit frère de 3 ans. Et ça, ça change sacrément la donne : je vis à environ deux heures de route de ma famille, je n’ai pas (encore) le permis et il n’y a qu’un bus pour y aller et je ne vois pas grandir mes sœurs et mon frère. C’est le lot d’un grand écart d’âge entre la première (moi) et les petits derniers (mes sœurs et mon frère)

Vivre loin de sa famille, surtout lorsqu’il y a les petits derniers, c’est :

  • ne leur parler qu’au téléphone, ce qui est difficile avec le petit dernier
  • ne pas voir leur progrès, surtout ceux du petit dernier
  • voir son petit frère pleurer lorsque je pars
  • ne pas passer assez de temps avec eux et donc, se rattraper sur le peu de jours où je descend
  • vivre à 100% les heures, les jours où je suis chez mes parents et avoir deux petits monstres dans les pattes tout le temps 😉
  • avoir deux maisons et ne pas faire de différence entre la maison de mes parents et notre appartement
  • avoir une relation de frère-sœur avec le petit dernier qui est différente de celle construite avec les autres : quand il est né, je n’était déjà plus chez mes parents, je n’ai partager sa petite enfance, ni son enfance.
  • être triste quand je repart
  • avoir envie de revenir près de ma famille souvent

Alors, oui, vivre loin de sa famille, c’est compliqué mais pour le moment, je n’ai pas vraiment le choix : ma vie étudiante est ici, la vie de ma famille est là-bas. Malheureusement, ça ne s’arrange pas avec le temps, c’est pire encore car plus ils grandissent, plus cela devient dure de créer une vraie relation frères-sœurs, une relation qui ressemblerait à celle que j’aurais eu si je serais rester chez mes parents le temps de leur enfance. Il faut alors construire une autre relation frère-sœur, une relation basée sur le peu d’heures passées ensemble, bref une relation en pointillée mais qui doit être la plus riche possible pour construire de beaux souvenirs…

Publicités

5 réflexions sur “Vivre loin de sa famille et des petits derniers, c’est compliqué

  1. J’ai aussi cette crainte quand je vais partir. D’autant plus que mes soeurs ne sont pas bavardes au téléphone mais bon c’est la vie ^^. Oui je rassure drôlement les gens lol. Après rien ne dit que vos relations n’évolueront pas quand ils seront plus grands.

    J'aime

  2. Ah oui y’a un sacré écart entre toi et le dernier ! Déjà moi qui trouvait que les 15 ans qui me séparaient de mon frère étaient importants.. Quand je suis partie faire mon master à 2H30 de route de chez moi je me suis dis pareil. Bien qu’ayant le permis, par moment je rentrais moins et je craignais de louper plein de choses. Mon frère avait déjà 6 ans mais ça pousse encore vite à cet âge là. Je l’avais de temps en temps au téléphone mais c’est tout.
    On a le même caractère alors à 6 ou 22 ans, on se prenait le chou lol
    Désormais j’habite avec mon copain et pareil je les vois moins souvent et quand je les vois c’est sa façon de parler qui m’épate toujours.
    Malheureusement nous n’avons pas le choix mais l’essentiel c’est de pouvoir profiter du temps qui nous est imparti quand nous sommes près d’eux 🙂

    J'aime

  3. Ah oui y’a un sacré écart entre toi et le dernier ! Déjà moi qui trouvait que les 15 ans qui me séparaient de mon frère étaient importants.. Quand je suis partie faire mon master à 2H30 de route de chez moi je me suis dis pareil. Bien qu’ayant le permis, par moment je rentrais moins et je craignais de louper plein de choses. Mon frère avait déjà 6 ans mais ça pousse encore vite à cet âge là. Je l’avais de temps en temps au téléphone mais c’est tout.
    On a le même caractère alors à 6 ou 22 ans, on se prenait le chou lol
    Désormais j’habite avec mon copain et pareil je les vois moins souvent et quand je les vois c’est sa façon de parler qui m’épate toujours.
    Malheureusement nous n’avons pas le choix mais l’essentiel c’est de pouvoir profiter du temps qui nous est imparti quand nous sommes près d’eux 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s