Celle qui avait vu Zone Interdite sur les jeunes en dehors du système scolaire

zone interdite

« Chaque année, 150 000 jeunes quittent le système scolaire sans diplôme, ni qualification »

Dimanche à la télévision, il y avait Zone Interdite : Jeunes en dehors du système : le coup de pouce qui va changer leur vie. C’était sur ceux qui donnent une nouvelle chance aux jeunes se trouvant hors du système scolaire. On y suivait Loïc en stage commando auprès de légionnaires, Iman, Manal et Tanguy qui  voulaient intégrer l’école informatique 42 crée par Xavier Niels et enfin Aurélie qui veut devenir Miss Prestige National.

En résumé, ces secondes chances sont l’Armée, l’Ecole informatique 42 (non reconnu par l’Etat, sans diplôme à la fin) et le mannequinat. Pour ces jeunes, c’était la seule chance qu’ils leur restaient pour aider leur famille, pour pouvoir avoir une vie normale : travailler, avoir un appartement, ce qui est somme toute normal.

Le stage commando était une bonne initiative en soi : sortir les jeunes des quartiers de Marseille et les confronter à un autre monde, avec des règles différentes. La finalité n’était pas de les faire rentrer absolument dans l’Armée ou dans la Légion. Je ne comprends pas trop Aurélie, surtout quand elle dit que le mannequinat, c’est le seul moyen d’aider sa famille, mais comme cette partie n’était pas la plus longue, je ne vais pas m’étendre dessus.

Par contre, je ne te le cache pas, j’ai eu beaucoup plus de mal avec l’Ecole 42 : le concept de la piscine, la sélection naturelle, les cours sur vidéo à ingurgiter en peu de temps, sa pédagogie (et encore, je trouve que c’est un trop grand mot)… Alors, oui, cette école est gratuite et accessible aux personnes sans diplômes, ce qui, tu me le diras surement, est une bonne chose mais l’absence de diplôme à la fin des 3 années ou même d’une titre professionnel permettant de reconnaître les étudiants sortants de cette école comme des personnes compétentes dans le domaine informatique par l’Etat est un réel frein pour moi. En France, les diplômes sont importants et demandés par les entreprises, pour l’instant, on ne peut pas vraiment aller contre cela. Et il me paraît important de le savoir avant d’entamer un cursus comme celui-là, c’est-à-dire un cursus professionnalisant mais reconnu par personne à part les fondateurs de cette école et les entreprises qui la finance. Pour te faire une idée par toi-même, tu peux cliquer ici et tu arriveras sur le site internet de l’école 42.

A la fin de ce Zone Interdite, j’ai twitter ça :

Des secondes chances, l’éducation nationale et l’enseignement supérieur en donne aussi : à Paris, il y a le lycée pour adultes permettant de préparer le baccalauréat et dans toutes les universités, il y a le Diplôme Universitaire permettant d’avoir un niveau baccalauréat pour ceux qui ne l’ont pas. Il y a aussi des formations permettant de se préparer à un métier. C’est vraiment dommage que Zone Interdite se soit arrêter à des secondes chances étant hors éducation nationale et nous à présenter des jeunes étant peu ou pas diplômés : Loïc, 23 ans, 5 ans de chômage (je te laisse faire le calcul), Iman et Manal : une ayant fait des études de commerce et l’autre ayant lâché l’université car cela ne lui convenait pas. C’est ce à quoi je m’attendais quand même car le titre commençait par « Ces jeunes sortis du système » (sous-entendu système scolaire).

Le système scolaire est critiquable et critiquée, à raison bien sûr, elle met encore de côté de nombreux enfants et jeunes qui ne rentrent pas dans le moule ou ceux qui ont de réels difficultés. Mais sans l’éducation nationale, je n’en serais pas là où j’en suis, je n’aurais pas eu l’envie de m’en sortir autant. L’Université m’a aussi permis de grandir, d’aimer apprendre, de connaître la sociologie, le monde de la formation, de découvrir l’anthropologie, etc. et enfin, de trouver ma voie. Je n’ai jamais vraiment été une mauvaise élève, je me suis perdu dans les méandres de l’orientation (mais ça, c’est une autre histoire) et  je me suis accroché même si c’était dur, même si j’ai eu envie de tout envoyer en l’air, comme tout le monde à un moment, non ?

♫ Mais l’espoir ne m’a jamais quitté
En attendant des jours meilleurs, j’ai résisté
Et je continue encore
Je suis le capitaine dans le bateau de mes efforts ♫

[Kery James – Banlieusards]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s