« … Et je ne suis jamais allé à l’école. Histoire d’une enfance heureuse » d’André Stern (2011)

 

Bonjour, je m’appelle André, je suis un garçon, je ne mange pas de bonbons et je ne vais pas à l’école ! (p.11)

C’est par cette phrase, qu’enfant, André Stern se présentait : il a grandit sans être scolarisé et n’est pas devenu, « conformément aux prédictions, un sauvage illettré, végétatif, asocial et isolé ». En effet, il est musicien, compositeur, luthier, auteur et journalisme.

André Stern a pour père le chercheur et pédagogue Arno Stern qui a œuvré pour le respect de la disposition spontanée de l’humain et pour mère Michèle Stern, une ancienne institutrice. Son enfance est faite de semaines types et d’heures improvisées qui suivent ses envies, ses passions et ses préoccupations.

Apprentissage et jeux sont, pour moi, synonymes. (p.21)

Dans le quotidien d’André Stern, il n’y avait pas de leçons, pas d’apprentissage imposées par les adultes… Par exemple, enfant, il écrivait sans accents, ni signes de ponctuations et personne ne lui a imposée d’en mettre.

Je me souviens d’une anecdote intéressante : souvent, maman me signalait qu’il manquait à mes textes des accents et des signes de ponctuations. Je restait visiblement hermétique à ces remarques, faites sans insister et dans cette confiance qu’un moment viendrait où il irait de soi, pour moi, de mettre les accents et les virgules. (p.23)

Son enfance est faite de rencontres qui débouchaient sur des apprentissages : André Stern a appris la dinanterie avec un artisan dinantier, la danse avec un danseur d’origine américaine, etc. Ses passions, ses jeux lui permettaient aussi d’apprendre, par exemple, à lire, à écrire, à compter. Ses parents l’ont laissé explorer et vivre ses passions, ses envies et ses préoccupations jusqu’au bout en l’encourageant, en lui achetant ce dont il avait besoin : livres, jouets, et en lui faisant rencontrer des personnes pouvant l’aider à apprendre la dinanterie, la danse, la guitare, etc.

André Stern a réussi à vivre de ses passions : la musique, la lutherie, l’écriture de livres, d’articles. Ses passions n’ont foncièrement pas besoin de diplômes, mais plus de reconnaissance de ses compétences :

Contrairement à ce que chacun croyait pouvoir prédire, être vierge de tout diplôme ne m’a jamais handicapé. Aucun des métiers ou des postes auxquels j’ai aspiré ne m’a été refusé. Et ce, pour une raison toute simple : ma compétence dans les domaines concernés m’a toujours précédé pour m’ouvrir les portes. Ceci est la clé principale, dissimulée mais décisive, de la vraie vie professionnelle. Une de ces clés que les gens de terrain connaissent et que nul d’entre eux ne contestera : La compétence prévaut indéfectiblement sur la qualification (p.147)

Mon avis : Ce livre m’a laissé perplexe : je pense encore que les diplômes sont « importants » car il démontre le niveau d’étude de l’enfant, de l’adulte et je sais pertinemment que les diplômes ne permettent pas forcément d’être compétent. André Stern n’a jamais eu besoin de passer des diplômes pour travailler ou pour vivre sa passion, tout simplement. Mais si ça aurait été le cas, est-ce que le manque de diplôme aurait été un frein ?  Pour lui, « la compétence prévaut sur la qualification », je suis d’accord avec cela pour certaines compétences : le codage, l’écriture d’un livre, la musique…  mais pas pour toutes.

La non-scolarisation peut être une alternative à la scolarisation, comme la scolarisation à la maison qui suit plus ou moins les programmes mais pour l’avenir de l’enfant, et tant qu’en France, les diplômes seront plus importantes que les compétences, cela serait mieux, selon moi, de lui faire passer au moins le baccalauréat ou tout autre diplôme dont l’enfant a envie de passer pour que cela ne soit pas un frein lorsqu’il voudra entrer dans la vie professionnelle. Si vous n’êtes pas d’accord avec moi, je suis ouverte à toute discussion via les commentaires.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s